Daniel SPECKLIN (1536-1589 Strasbourg) (ou SPECKLE ou SPECKEL)
Daniel Specklin
son père Veit Rudolf Specklin

Marié en 1565 à Strasbourg à Susanna WEGRANFT, veuve de Johann ENTRINGER avec plusieurs enfants. Pas d'enfants issus de ce mariage. Ses parents, de religion évangélique luthérienne, vivent à Strasbourg :

Veit Rudolf (Guy Rodolphe) SPECKLIN ( -1550) sculpteur sur bois réputé, travaille plusieurs fois à Bâle, marié à Elisabeth SCHNELL ont 5 enfants nés à Strasbourg :

1) Zacharias (1530-1576), sculpteur sur bois à Bâle, (Le même Zacharius SPECKLI , BvB Formschneider en 1571, dans le Urkundenbuch Stadt Basel N.11/499 ff. N.10 à Porrentruy)

2) Judith ( - 1564) oo1 1553 HEBER Johann, intendant

ont 1 fille Catherine oo 1578 ZETZNER Lazarus

oo2 1563 STIEBELREITER Mathäus

3) Daniel (1536-1589)

4) Jeremias ( -1579 suicide) intendant de l'hospice à Strasbourg oo 1567 la veuve de HÄULIN Vincenz

5) Josias ( -1600 Königsberg), relieur à la cour de Prusse

Daniel exerce d'abord le métier de brodeur sur soie, mais, très doué, devient excellent dessinateur, cartographe et mathématicien, ingénieur de fortifications (travaille dans de nombreuses villes européennes, notamment outre l'Alsace et la Lorraine, en Allemagne, Autriche, Croatie, Danemark, Hongrie, Pologne, Roumanie, Hongrie, Suède), et aussi historien (médiocre). Il est généreux et tolérant, grand voyageur, dissipateur et coureur de jupons, procédurier et querelleur avec les autorités municipales de Strasbourg.

Il est probable que son père, Veit Rudolf SPECKLIN, né autour de 1500, était de religion catholique. La Réforme ayant été introduite à Strasbourg en 1522, il s'est certainement converti au luthéranisme vers 1530 pour garder ses droits de bourgeoisie à Strasbourg.

Après la Réforme, les Calvinistes se doivent de donner à leurs enfants des prénoms de l'Ancien Testament : voir les prénoms de ceux de Veit Rudolf.

Guy Rodolphe venait de Franconie, mais il était à peu près sûrement d'origine alsacienne et ne faisait probablement que revenir au pays, puisque son nom se rencontre à Strasbourg dès 1399. Il est par contre peu probable que Daniel ait eu des contacts privilégiés avec Heimersdorf (berceau Haut-Rhinois des Specklin), en tout cas si l'on s'en fie à sa carte d'Alsace, première carte assez précise de notre belle région, et qui a servi aux militaires jusqu'à celle de Cassini (1714 ­ 1784). En effet, sur sa carte, Daniel se trompe dans la situation de Heimersdorf qu'il situe à Bisel et marque Ruederbach à la place. Aurait-il pu commettre une telle erreur s'il entretenait des liens avec des personnes de ce village ?

Extrait de la carte de Daniel SPECKLIN (1576) montrant le Sundgau (« Suntgaw »)

Mais c'est avant tout pour ses travaux sur les fortifications que Daniel SPECKLIN deviendra célèbre. Son ouvrage le plus important en la matière, ARCHITECTURA, publié en 1589, a connu cinq rééditions, la dernière de 1736. Ainsi l'ouvrage a même survécu de trente ans à Vauban : c'est le plus beau compliment que l'on puisse faire à son auteur (in Rodolphe PETER, 1978)

Pour en savoir plus sur Daniel SPECKLIN, citons, parmi la nombreuse littérature existante :

Daniel SPECKLIN aus Strassburg (1536 - 1589) : Festungsbaumeister, Ingenieur und Kartograph ; par Albert FISCHER Editions Jan Thorbecke à Sigmaringen 1996 227 p.

Daniel SPECKLIN (1536 - 1589) et l'art des fortifications ; par Rodolphe PETER in : Grandes Figures de l'Humanisme Alsacien : courants, milieux, destins Librairie ISTRA Strasbourg 1978 pp 203 à 219

Le Sundgau vers 1576 d'après la carte de Daniel SPECKLIN ; par Robert SPECKLIN (cf généalogie SPECKLIN n. 11/11) in : Cahiers mulhousiens de Géographie n.6 1975 pp 2 à 10

Vor vierhundert Jahren schuf Daniel SPECKLIN seine Elsasskarte ; par Franz GRENACHER in : Basler Geographische Hefte n.2 1973

Voir aussi les 3 articles sur Daniel SPECKLIN par Jean DOISE in : Alsace Historique n.21, 22 & 23 (1980)